Vendredi 14 mars 2008 à 23:00

Où on fait la connaissance d'un troisième personnage à peine cinéphile, assiste à la fin du concert de Crave, et retrouve des clins d'oeils à s'en arracher les yeux.
Où le côté mindfuck s'installe un peu plus, où rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, évolue, se déforme, parfois. C'est humain.
_____________________________________________________________________

J'avais éteint la caméra dès les dernières notes de Lenne & Paine.
Et j'avais bien fait. Le groupe censé jouer après Crave est monté à peine le concert terminé et ont commencé à les agresser.
Pendant que je rangeais en vitesse la caméra dans son sac et que je repliais le pied pour le ranger aussi, un gros type est tombé de la scène juste à côté de moi.

Dan et les autres étaient encore sur la scène, à se battre contre l'autre groupe, une partie du public et des malabars du service de sécurité du Krakatoa.

J'ai enjambé une barrière tombée par terre pour traverser la fosse et sortir au plus vite. Je sais pas ce que j'aurais fait si j'avais eu un quelconque pépin avec la caméra. Elle n'est pas à moi, et Lola me casserait la gueule si je lui rendais en pièces détachées...

Je marchais aussi vite que possible en évitant les mecs qui se bastonnaient dans le public quand j'ai remarqué un truc vraiment inhabituel.

Un type était planté là, les yeux dans le vague. Il ne bougeait pas. Je l'ai regardé, et il a disparu pour réapparaître un peu plus loin.

Mon coeur s'est mis à battre plus fort.

- Hé, monsieur !

J'ai entendu une petite voix. Mais pas une petite voix de gamin qui a perdu sa mère au supermarché.

- Ca commence.

Un petit gamin Noir me regardait avec des yeux brillants. Il m'a montré le type qui disparaissait avant de réapparaître.

- Lui ?

Le môme a hoché la tête.

Mon coeur me faisait mal.

J'ai serré les sangles de mon sac, et je me suis approché du mec bizarre. Qui est ce type ? Je me suis approché de lui et j'ai essayé de le reconnaître avant qu'il disparaisse. Il était assez grand et carré, avec un visage doux au regard bleu et vide, encadré par de longs cheveux bruns et un bouc assez court. Il avait un long T-shirt "Kill 'Em All" et un grand pantalon large. Il était revenu en contrebas de la scène. Il la fixait comme s'il y avait quelque chose de particulier a cet endroit-là.

J'ai suivi son regard : il y avait Pierrot, le guitariste qui porte le même prénom que moi, Solenne, l'autre guitariste, Dan le bassiste, Aurélien, le chanteur et...
Il manquait quelqu'un.

Le batteur ! C'était Sébastien que je suivais depuis tout à l'heure ? C'est fou, je l'avais même pas reconnu...

- Sébastien ? Hé, Sébastien ! Tu m'entends ?

Il ne réagissait même pas. Comme s'il était ailleurs, complètement absorbé par la scène qu'il fixait tout en se déplaçant.

Il a disparu une dernière fois. Il est allé sous la scène ?

- Hé, Dannie !! Sébastien s'est barré !

Il m'entend pas, le bougre...

- HE ! DAN, MERDE ! SEBASTIEN A DISPARU !

Mon coeur me faisait mal à battre si fort.

- Bordel de merde... ai-je balancé entre mes dents.

Si Sébastien est sous la scène, il doit bien sortir à un moment quelque part...

J'ai couru nerveusement dans la fosse. Y'a pas 36000 sorties, à la fin... J'ai pris machinalement mon portable pour regarder l'heure. Ma main a rencontré un bout de papier. C'était écrit :

Les Impertinents Du Spectacle présentent L'ENVERS DU DECOR.

J'ai compris un truc et me suis précipité vers l'arrière-scène, alors que tout le monde se battait autour de moi. Je serrais mon sac contre moi en espérant que la caméra n'ait rien. Les mecs de la sécu étaient trop occupés à dissiper la baston pour faire attention à moi.
J'ai descendu les marches à la volée et ouvert la porte qui donnait sur la cuisine.

Elle était vide.

Le bruit de la baston s'est fait plus discret à mesure que je marchais dans la cuisine. J'avais moins mal à la tête. Je me suis dirigé vers les loges, mais à peine avais-je eu le temps d'atteindre la porte que j'ai remarqué un truc bizarre.


La porte des toilettes était explosée contre le mur, et juste à côté, il y avait une porte rouge que j'avais jamais vue. Un nain avec une veste, un pantalon et un chapeau rouges me regardait en souriant largement, les yeux brillants.

- That's the way in, my friend !!

Il parlait en roulant les "r", comme un italien. J'avais vraiment peur. Plus de ce qui m'arrivait que du nain en rouge, en fait.

- Est-ce que j'ai vraiment le choix ?

- On a toujours le choix, my friend !

Il m'a fait un clin d'oeil.

- Pourquoi vous me dites ça ? Et il est où, Sébastien ? Vous auriez pas vu quelqu'un passer ?

- Occupe-toi de ton destin, petit homme... Tu t'occuperas de celui des autres en temps utile.

Il me parlait toujours avec un large sourire.

- "petit homme" ?
- Le fait que tu mesure 1 m 97 et moi 1m20 n'entre pour rien dans mon jugement, Pierre.

Là, j'avais franchement peur.

- On y est.

Il m'a désigné une porte.

- Regarde. C'est par là. C'est ici que tout commence.

Ca ne sert à rien de réfléchir. Mais peut-être qu'en poussant cette porte, je retrouverai Sébastien et qu'il m'expliquera ce qui s'est passé, que c'est une mauvaise blague, et que tout redeviendra comme avant. Peut-être aussi que j'aurai le moyen d'expliquer ce qui s'est passé ce soir-là.

- Allez ! Ne reste pas planté là ! m'a dit le nain d'une voix douce et enjouée.

Je dois avouer qu'aussi bizarre que ce nain me paraisse, il n'avait pas l'air méchant. Je me suis cru dans un film de David Lynch.

J'ai écouté son conseil et j'ai ouvert la porte. Il m'a fait un signe de la main et quand j'ai fermé la porte, je me suis retrouvé dans un drôle de bar.

Par alzheimer le Jeudi 20 mars 2008 à 22:20
une zuiiiiiiiite
Par alzheimer le Lundi 24 mars 2008 à 2:14
tu sais si le nain avec un accent russe ca aurait été plus marrant :p

02:14 jsuis epuisee ms je suis tjs la.. pk?
Par kakeru-for-a-break le Mercredi 21 mai 2008 à 21:19
Ok, là j'ai suivi...enfin, autant que faire se peut. Je poursuit ma lecture.
Par Vicomte le Lundi 10 janvier 2011 à 10:45
Bon, là ça va pas du tout, j'ai pas trouvé de faute, je suis pas d'accord du tout. Donc je vais me plaindre que ce chapitre-ci donne plus l'effet d'un chapitre transition entre deux autres, et quoique ça ne soit en rien un problème en soi, sinon que ça n'apaise pas mon addiction nouvelle. Je suis frustré. Oui je me répète si j'veux.
Par http://www.sgdf-saintlouis.fr le Mercredi 15 juin 2016 à 9:32
Je vous parlerai pas de paranoïa, et je vous raconterai pas ma vie non plus.
Par http://www.jumpeo.fr le Jeudi 11 août 2016 à 11:02
Et que j'espère que ce truc va vous faire kiffer autant que moi. Pour ça, mettez du son.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://siko.cowblog.fr/trackback/2487115

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast